Des cartes postales du terrain: Une berceuse de Lukolela

Partager
0

Les plus populaires

Des routes comme celle-ci sont des artères dans la forêt, permettant aux gens d’accéder à des fruits, des plantes et de la viande de brousse. Ollivier Girard/CIFOR

La Kalachnikov rouillée du commandant de la police de Lukolela se creuse dans ma cuisse pendant que nous traversons la forêt sur sa moto tout aussi ancienne.

Derrière moi un régime de bananes et une paire de poules encore vivantes pendent à l’arrière de la moto, en battant des ailes et en piaillant à chaque trous de la piste rouge et poussiéreuse.

Je serre les dents – déjà assez sablonneuses de la poussière – et m’accroche.

Lukolela est une ville de larges rues avec beaucoup de vélos et des maisons faites de boue et de bois, en amont du fleuve Congo à 540 km de Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo.

Elle est accessible seulement par voie fluviale, par un voyage qui peut durer de 2 jours à deux semaines en partant de la capitale.

Nous avons fait ce voyage pour voir de première main ce que les scientifiques du CIFOR font dans la région et pour apprendre davantage sur la façon dont la déforestation affecte les communautés.

Et maintenant nous sommes sur le point de nous rendre à 60 kilomètres de la ville à un endroit encore plus éloigné – une réserve forestière qui préserve un segment riche en biodiversité de la jungle du bassin du Congo.

Lukolela a une population de seulement 30.000 personnes. Mais même une cité si petite a un impact visible sur l’environnement.

Le cercle de déforestation autour de la ville est d’une épaisseur de 20 kilomètres. Tout le long du trajet vers la réserve nous passons village après village, famille après famille, dépendant fortement de la forêt pour nourriture, logement et revenu.

Les enfants crient, sautillent et agitent leur mains quand nous passons- en criant: ‘Mbote’ – ‘bonjour’ dans l’une des langues nationales, le Lingala – et une fois, à proximité du siège d’une société d’exploitation forestière chinoise, ‘C’est les Chinois!’

Ils sont adorables – tous ont de grands yeux, de grands sourires, des ventres ronds et des coiffures en antennes – mais le nombre considérable d’enfants sur le bord de la route dans chaque village est la preuve d’un problème démographique qui augmente la pression sur les ressources forestières limitées.

Les gens voyagent de plus en plus loin pour trouver du bois de chauffage, des fruits, des matériaux de construction et de la viande de brousse.

Nous passons des femmes avec des paniers, faisant la moitié de leur taille, attachés  sur leur dos et chargés de bois de chauffage; des enfants avec d’immenses grappes de bananes ou des paquets de feuilles ; et des hommes traînant des bidons de rhum au manioc fait maison sur des bicyclette décrépits.

Ce sera mon image restante du Congo – un flot ininterrompu de personnes qui ramènent les fruits de la forêt le long de chaque route et piste, chaque jour, dans chaque village de  ce vaste bassin vert.

L’équipe de communication voyage en moto jusqu’à la Réserve Tumba-Lediima, accompagné par les autorités locales, la police et quelques poules. Babatope Akinwande. 

La forêt est une source majeure de vie et de subsistance pour les gens ici ; et étudier la forêt est étudier la manière dont elle est intimement liée à la vie de ses habitants – c’est le sujet de beaucoup des travaux du CIFOR dans la région.

Nos cinq motos s’arrêtent dans la réserve forestière de Tumba-Lediima. Le commandant et moi sommes les derniers à arriver – et comme il descend de l’engin, deux douzaines de gardes forestiers le saluent et l’accueillent avec une précision militaire.

Ce n’est pas une charade – les gardes ont reçu une formation d’armée pour les aider à se défendre contre les attaques des villageois, furieux des restrictions de chasse de la réserve.

Nous filmons des entretiens, prenons des photos et partageons un déjeuner de bananes et de haricots avec le directeur de conservation de la réserve et le commandant. Mais nos accompagnateurs sont désireux de rentrer avant la nuit – à bon escient comme il s’avère, vue qu’un pneu crevé sur la route nous retarde d’une heure supplémentaire.

Une demi-heure de Lukolela le soleil disparaît derrière le fleuve Congo et la lumière s’estompe rapidement. Malheureusement la moto du commandant n’est pas en possession d’un projecteur qui fonctionne.

L’une des autres motos roule juste derrière nous pour éclairer notre chemin – et donc notre ombre se profile sur la piste, une bête noire avec de nombreuses extrémités qui gambade et galope pendant que nous bondissons sur notre chemin. Les moteurs rugissent – mais les insectes rugissement plus fort.

Des images sautent hors de l’obscurité – un flash de tissu brillant et la silhouette d’une femme, une luciole qui danse juste devant nous, une fontaine d’étincelles qui explose une vingtaine de mètres du haut d’un arbre en feu.

Et puis nous contournons l’église catholique – de loin le bâtiment le plus solide de la ville – et sont à la maison, la mission catholique, notre camp de base temporaire.

Nos visages sont colorés en orange et brun par la poussière, comme à la suite d’un accident de faux bronzage, avec un effet inverse là où ont été nos lunettes de soleil.

Le lavage peut attendre – nous avons encore un dernier entretien à faire avec le médecin local qui ne semble pas être dérangé par notre couleur orange et notre grand retard, avant de nous rendre au travail de téléchargement des images vidéo, d’édition des photos et de traduction des interviews. Enfin, un bain dans un seau d’eau de la rivière – et nous nous endormons bercé par le ronronnement du générateur.

Pour plus d’histoires du Bassin du Congo, cliquez ici.

(Visited 70 times, 1 visits today)