Quel rapport avec le genre ? La consommation de viande de brousse dans le bassin du Congo

NAIROBI, Kenya (18 juillet 2012)_Alors que la consommation de viande de brousse en tant que moteur de la déforestation a reçu une attention internationale, la compréhension des rôles joués par les femmes et les hommes dans la consommation d'animaux sauvages terrestres ou semi-terrestres sera essentielle si le commerce doit continuer de manière durable, a déclaré un chercheur du CIFOR durant une conférence récente.
Partager
0

Les plus populaires

Old Mbororo woman buying meat in the market

Les femmes d’Afrique centrale sont de plus en plus impliquées dans la chaîne de valeur de la viande de brousse en tant que détaillants, grossistes, propriétaires de restaurants et consommateurs. Photo par Teseum/Flickr

NAIROBI, Kenya (18 juillet 2012)_Alors que la consommation de viande de brousse en tant que moteur de la déforestation a reçu une attention internationale, la compréhension des rôles joués par les femmes et les hommes dans la consommation d’animaux sauvages terrestres ou semi-terrestres sera essentielle si le commerce doit continuer de manière durable, a déclaré un chercheur du CIFOR durant une conférence récente.

« Pour développer des mesures alternatives capables d’apporter la chasse de viande de brousse à un niveau durable, il est impératif de comprendre les facteurs complexes socio-économiques et culturels de la chasse de viande de brousse, son commerce et sa consommation, en particulier les rôles des hommes et des femmes qui sont impliqués pour des raisons différentes », a déclaré Robert Nasi, chercheur au CIFOR et chef du CGIAR Programme de Recherche sur les Forêts, les Arbres et l’Agroforesterie, lors du premier Congrès en Afrique de l’Union internationale des instituts de recherches forestières (IUFRO) et le Réseau de foresterie pour l’Afrique subsaharienne (FORNESSA).

Les recherches antérieures du CIFOR ont montré que la viande provenant d’animaux sauvages terrestres ou semi-terrestres, appelée viande de brousse, est une source importante de protéines animales dans les pays d’Afrique centrale et un élément essentiel de la sécurité alimentaire et des moyens de subsistance dans les zones rurales et urbaines.

En dépit de l’intérêt international croissant pour la viande de brousse avec des informations disponibles sur sa récolte, son commerce et sa consommation, il y a une compréhension limitée de la complexité des situations socio-économiques et culturelles qui sous-tendent le phénomène.

Les résultats présentés au Congrès de l’IUFRO-FORNESSA font parties des prochaines recherches du CIFOR, co-écrites par Nathalie Van Vliet de l’Université de Copenhague, sur les rôles et les contributions des hommes et des femmes dans la chasse, le commerce et la consommation de viande de brousse dans la chaîne de valeur.

« Les femmes sont de plus en plus impliquées dans la chaîne de valeur de la viande de brousse en tant que détaillants, grossistes, propriétaires de restaurants et consommateurs. Dans certains cas, elles sont même directement impliquées dans la chasse qui est généralement considérée comme une activité d’homme », dit Mr Nasi.

En exposant sur les dynamiques du genre dans le commerce et la consommation de la viande de brousse, Mr Nasi, qui est aussi l’un des auteurs de « Les forêts du bassin du Congo: Etat des Forêts 2010 », a déclaré : « Alors que les hommes chassent la viande de brousse pour construire leur capital financier afin de se marier et de s’engager dans d’autres activités sociales telles que boire, les femmes sont plus susceptibles d’utiliser les revenus du commerce de viande de brousse pour prendre soin de leurs familles et pour répondre à d’autres besoins fondamentaux ».

En termes de modes de consommation, Mr Nasi a également mis en évidence des différences entre les sexes. « La plupart des hommes interrogés ont mentionné que leur viande de brousse favorite serait le gorille tandis que la majorité des femmes ont dit qu’elles préféreraient la viande d’éléphant. Nous avons aussi découvert que les hommes mangent plus de viande de brousse que les femmes ».

Il y a aussi des tabous autour de la consommation de viande de brousse pour les hommes et les femmes. Certains animaux sont chassés en fonction du statut matrimonial et l’âge. Les jeunes femmes et hommes ne consomment par exemple pas de Céphalophes à dos jaune parce que cela les empêcherait d’avoir des prétendants, par conséquent ils sont réservés aux couples mariés et aux personnes âgées.

Dans l’ensemble, la chaîne de commerce de viande de brousse est équilibrée entre les sexes, avec des femmes et des hommes impliqués pour des raisons diverses. Pour Mr Nasi, une connaissance approfondie de ces dynamiques du genre est essentielle pour développer une solution viable pour la chasse de viande de brousse et son commerce dans le bassin du Congo.

« D’apprécier les sortes de viande que valorisent les peuples régionaux et pourquoi, est crucial pour l’élaboration de politiques et de stratégies efficaces », déclare Mr Nasi.

(Visited 150 times, 1 visits today)