REDD+ : l’idée est reconnue mais sa mise en place se heurte à des défis selon une étude mondiale

RIO DE JANEIRO, Brésil (18 juin 2012)_ La REDD + en tant qu’idée est un succès, mais sa mise en œuvre se heurte à des défis, selon une nouvelle publication du Centre de Recherche Forestière internationale (CIFOR).
Partager
0

Les plus populaires

La REDD + en tant qu’idée est un succès, mais sa mise en œuvre se heurte à des défis, selon une nouvelle publication du Centre de Recherche Forestière internationale (CIFOR).

L’étude Analysing REDD+: Challenges and Choices, qui paraît aujourd’hui en marge du Sommet de Rio +20, examine la façon dont le système soutenu par l’ONU – qui vise à réduire les émissions de carbone grâce à la déforestation évitée – est mis en œuvre et propose des idées sur la façon de l’améliorer.

« C’est une confrontation avec la réalité qui se passe sur le terrain », explique Arild Angelsen, un économiste de l’environnement au CIFOR et professeur à l’Université norvégienne des sciences de la vie, et rédacteur principal du livre.

Le livre basé sur la recherche s’appuie sur un vaste projet de recherche comparative sur la REDD +, l’étude comparative mondiale (GCS-REDD), qui est menée par le CIFOR et ses partenaires en Asie, Afrique et Amérique latine.

Sept ans après que l’idée de réduire les émissions par la déforestation évitée a été lancé, la publication porte un regard critique sur la REDD +, en demandant comment elle a évolué, comment elle se déroule dans des arènes spécifiques de politiques nationales – et en soulignant les options pour rendre la REDD + plus efficace, efficiente et équitable.

Ce sujet sera l’un des thèmes discutés lors de la conférence de deux joursLa gestion durable des forêts d’Afrique centrale: hier, aujourd’hui et demain à Yaoundé au Cameroun les 22 et 23 mai 2013. .

Retrouvez les reportages du CIFOR sur les forêts d’Afrique Centrale sur blog.cifor.org/fr/yaounde

C’est une confrontation avec la réalité qui se passe sur le terrain

L’analyse de la REDD + argumente que, pour réaliser pleinement son potentiel en tant qu’outil pour atténuer le changement climatique, la REDD + exige un changement transformationnel dans la manière dont nous concevons les forêts. Mais, explique Angelsen, elle peut aussi aider à mener ce changement.

« Jusqu’à présent, dans le cadre institutionnel et politique, les incitations stimulent l’abattage des arbres, plutôt que la protection des arbres », dit-il.

« Il faut donc que nous changions cela, que nous apportions la valeur des arbres vivants et la valeur des services fournis par les forêts sur pied, et que celles-ci soient reflétées dans les institutions, le cadre réglementaire et la gouvernance – et ceci demande en échange de l’engagement politique et des coalitions. »

« C’est un changement du cadre de gouvernance économique globale sur les forêts, vers un cadre qui valorise des forêts vivantes. »

Arild Angelsen dit qu’il y a beaucoup d’incertitude sur la REDD +, mais cela ne doit pas conduire à l’inaction.

« Pour moi, le point de départ du changement climatique est réel », dit-il.

« Il y a un risque élevé du changement climatique néfaste, et nous devons faire quelque chose à ce sujet, et la REDD + est un élément clé de ce que nous devrions faire. »

« Ce n’est pas simple, mais la REDD + est encore plus facile et moins cher que beaucoup d’autres des efforts d’atténuation. Donc, je pense qu’il y a toujours des choses qui peuvent enthousiasmer quand il s’agit de la REDD +, elle est toujours importante. »

« Vous ne pouvez pas lutter contre le changement climatique sans tenir compte de la REDD +. »

Pour plus d’informations sur les questions discutées dans cet article, veuillez contacter Arild Angelsen sur arild.angelsen@umb.no

Ce travail s’inscrit dans le cadre du Programme de recherche du CGIAR sur les forêts, les arbres et l’agroforesterie avec le soutien de AusAid, The Norwegian Agency for Development Cooperation (NORAD) et the UK Department for International Development (DFID). 

(Visited 22 times, 1 visits today)