La domestication des arbres fruitiers indigènes met de la meilleure nourriture sur la table en Afrique sub-saharienne

Image reproduite avec la permission de Anton Matthee/flickr.

Image reproduite avec la permission de Anton Matthee/flickr.

BOGOR, Indonésie (5 avril 2012) _ Encourager les agriculteurs locaux à domestiquer les arbres fruitiers indigènes pourrait aider à fournir des vitamines indispensables à des millions de Subsahariens, selon une nouvelle étude.

En utilisant « l’approche de domestication participative », les connaissances traditionnelles de l´utilisation et la culture des arbres fruitiers peuvent être combinées avec les avancées scientifiques au niveau de la collecte de matériel génétique, la sélection et la multiplication végétative.

« Les connaissances traditionnelles incluent, par exemple, la connaissance des agriculteurs sur les arbres ayant des fruits les plus savoureux ou ayant le plus grand rendement », a expliqué Ian Dawson du Centre mondial de l’agroforesterie (ICRAF), co-auteur de l’étude sur la domestication d´arbres fruitiers indigènes.

« Mais les agriculteurs peuvent ne pas connaître les meilleures façons de gérer et de diffuser ces arbres pour les mettre en culture, tout en conservant ces caractéristiques supérieures. »

À cette fin, les agriculteurs locaux sont formés à la manipulation du matériel génétique, des tissus vivants à partir desquels de nouvelles plantes peuvent pousser, de sorte à ce qu’ils peuvent ensuite appliquer leurs nouvelles compétences sur les arbres fruitiers qu’ils trouvent naturellement dans le paysage qui les entoure.

Les techniques comprennent la multiplication végétative, qui permet de « cloner » des arbres, ce qui donne aux agriculteurs la possibilité de sélectionner et de domestiquer les arbres ayant des caractéristiques spécifiques tels que des fruits nutritifs et abondants. Les techniques de multiplication végétative peuvent, par exemple, accélérer la production des fruits de l’arbre du Baobab riches en vitamine C, en réduisant la période entre la plantation et la première fructification de 10 ans à approximativement quatre ans.

« Les agriculteurs traditionnels peuvent être une source précieuse de pratiques et de techniques qui ont produit des systèmes de production souples et diversifiées, âgés de plusieurs siècles », a dit Terry Sunderland, chercheur au CIFOR, qui a co-rédigé un numéro spécial récent de International Forestry Review sur les forêts, la biodiversité et la sécurité alimentaire, incluant l´étude de l´ICRAF.

« Une approche centrale pour améliorer la gestion de la ressource est d’aider les agriculteurs à améliorer les stocks d’arbres qu´ils cultivent au niveau de la ferme et la communauté, avec des interventions visant à augmenter le rendement, la qualité et la livraison. »

Trente pour cent de la population d’Afrique sub-saharienne est sous-alimenté – la proportion la plus élevée au monde, selon les calculassions de l´Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture en 2010 – et des millions sont affectés par la « faim cachée », un manque de micronutriments telles que les vitamines.

Les fruits indigènes tels que le fruit du baobab et le fruit très nutritif du Safou pourraient faire partie de la réponse à la résolution de la faim, à la fois cachée et peu cachée, car ils ont souvent des profils nutritionnels bien meilleurs que les aliments de base, selon les auteurs d’une étude récente de l´ICRAF.

« La diversité des aliments marginaux issues des forêts, jachères et agricultures peut souvent aider à fournir la gamme de micronutriments nécessaire à l’alimentation humaine », a ajouté Mr Sunderland.

Mais avec un taux annuel de déforestation en Afrique atteignant presque 3,5 million d´hectares, il est de plus en plus difficile pour les communautés d’obtenir ces suppléments alimentaires naturels.

La réponse, selon l’étude de l’ICRAF, pourrait être l’intégration de ces arbres dans les exploitations agricoles. L’Afrique a un potentiel particulier pour faire cela en raison de la grande diversité biologique de fruits, noix et autres produits comestibles indigènes trouvés dans les forêts du continent.

« Quarante pour cent de la nourriture dans le monde provient de petits exploitants agricoles divers, en conséquent le potentiel de l’agroforesterie [des arbres dans les exploitations agricoles] pour améliorer les moyens de subsistance et la nutrition en Afrique sub-saharienne est vaste », a expliqué Mr Sunderland.

« L’intégration des arbres dans les exploitations agricoles fournit non seulement des produits tels que la nourriture, le fourrage et les médicaments, elle assure également que les services écosystémiques vitaux soient maintenus ; par exemple la pollinisation, la stabilisation des sols et la protection des bassins versants. »

Promouvoir la culture des arbres dans de petites exploitations a le potentiel d´aider à résoudre une série de défis posés à l’agriculture en Afrique, notamment la faible productivité agricole, la perte des forêts et de la biodiversité, le changement climatique causé par l’homme et la disponibilité restreinte de carburant, tout en contribuant à la nutrition d´un grand nombre de personnes rurales et urbaines et en apportant en même temps des revenus importants aux petits exploitants, selon les scientifiques de l´ICRAF.

Selon l’étude de l’ICRAF, les petits exploitants impliqués dans le projet « Food for Progress »  au Cameroun, ont augmenté leurs revenus par la vente de fruits sélectionnés localement et par la vente de matériels de production d´arbres en pépinière à d’autres producteurs. Environ 50 pour cent des agriculteurs impliqués dans ce projet incluaient plus de fruits indigènes dans leur propre régime alimentaire, ce qui avait un impact direct sur leur nutrition.

Avec une meilleure gestion des investissements gouvernementaux et commerciaux, le projet « Food for Progress » pourrait être reproduit dans d’autres régions de l’Afrique sub-saharienne, a suggéré l’étude, avec des centres de ressources rurales gérés par les communautés locales qui dispensent une formation aux agriculteurs et servent de lieu de partage d’information et de transactions du marché.

Mais pour réaliser le plein potentiel des avantages pour les moyens de subsistance et la nutrition de la production de fruits dans les petites exploitations de systèmes agroforestiers, certains obstacles doivent être surpassés.

« Le régime foncier est un problème majeur : sans propriété foncière, les gens ne plantent tout simplement pas d´arbres. Au lieu de cela, les agriculteurs ont tendance à se concentrer sur des cultures à cycles courts qui sont souvent nuisibles à long terme à la fertilité des sols et à la biodiversité », a déclaré Mr Sunderland, qui a discuté des défis de l´agriculture respectueuse de la biodiversité dans le numéro sur les forêts, la biodiversité et la sécurité alimentaire de la revue International Forestry Review.

Mr Dawson a ajouté : « A côté de la propriété foncière, d’autres contraintes se posent aux petits exploitants qui cultivent des fruits, tels que l’accès limité au matériel de plantation de haute qualité, l’application actuelle d´une faible gestion des exploitations, des pratiques post-récolte peu performantes et la faiblesse des systèmes de marché. »

Afin que la production de fruits dans les petits systèmes agroforestiers puisse vraiment avoir du succès, Mr Dawson a suggéré qu´une attention renforcée devrait être portée sur les fruits indigènes disponibles localement, le soutien des entreprises commerciales locales dans le développement de pépinière et l’amélioration des chaînes de valeur du marché afin d´assurer que les revenus soient versés aux bonnes personnes.

Le transfert « Sud – Sud » de variétés d’arbres fruitiers exotiques pourrait également être encouragé en raison de leur rôle dans la fourniture en nutriments.

« La vente de fruits et d’autres cultures arboricoles pourrait apporter une contribution importante à la sécurité alimentaire et à la santé en Afrique et dans d’autres pays en voie de développement, en particulier si l’accent est mis sur la façon par laquelle les qualités particulières d’espèces fruitières correspondent aux besoins nutritionnels réels dans les zones où les arbres doivent être cultivés », a conclu Mr Sunderland.


Répondre