Des difficultés sont en vue si forêts et adaptation ne sont pas prises en compte après Rio +20

YAOUNDÉ, Cameroun (16 janvier 2013) _ Les forêts ont occupé un rôle dans les 20 premières années de l'ère Rio (1992 - 2012) à travers trois conventions principales : la Convention sur la diversité biologique (CDB), la Convention-Cadre des Nations Unies sur le changement climatique (CCNUCC) et la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la Désertification (UNCCD). [SD(1] Dans la CDB, la protection des forêts a été régulièrement mise en avant, une tendance qui devrait se poursuivre dans la prochaine décennie. La place de la forêt dans le Plan Stratégique 2011-2020 en faveur de la biodiversité, y compris les Objectifs d'Aichi pour la biodiversité (« Vivre en harmonie avec la nature »), est une illustration de cette reconnaissance.
Partager
0

Les plus populaires

Les villageois camerounais dépendent des produits forestiers, en particulièrement en temps de crise.

Les villageois camerounais dépendent des produits forestiers, en particulièrement en temps de crise. Ollivier Girard/CIFOR.

YAOUNDÉ, Cameroun (16 janvier 2013) _ Les forêts ont occupé un rôle dans les 20 premières années de l’ère Rio (1992 – 2012) à travers trois conventions principales : la Convention sur la diversité biologique (CDB), la Convention-Cadre des Nations Unies sur le changement climatique (CCNUCC) et la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la Désertification (UNCCD). [SD(1] Dans la CDB, la protection des forêts a été régulièrement mise en avant, une tendance qui devrait se poursuivre dans la prochaine décennie. La place de la forêt dans le Plan Stratégique 2011-2020 en faveur de la biodiversité, y compris les Objectifs d’Aichi pour la biodiversité (« Vivre en harmonie avec la nature »), est une illustration de cette reconnaissance.

Dans l’UNCCD les forêts, notamment les forêts sèches, sont également considérées comme une des priorités. Afin d´aider à intégrer l’importance des forêts dans la CCNUCC, des « Forest Days » (Journées de la Forêt) ont été organisées depuis Bali 2007 sous la direction du Centre pour la Recherche Forestière Internationale (CIFOR) dans le cadre du Partenariat de Collaboration sur les Forêts (PCF). Le sixième « Forest Day » annuel de la CdP 18 à Doha au Qatar, a récemment marqué la fin et la réussite de cette campagne de sensibilisation et sera la dernière
Journée de la forêt. L’an prochain la discussion portera sur « Landscape Day » (Journée du Paysage) et rassemblera les dynamiques de « Agricultural Day » (Journée de l´Agriculture) ainsi que d’autres initiatives/dynamiques.

En réponse au changement climatique, deux principaux groupes  d’actions sont actuellement en utilisation : l’atténuation et l’adaptation. La REDD + (atténuation) a pris une place significative au niveau de l’agenda. Les pays tels que la Norvège et les États américains, comme par exemple la Californie, sont prêts à jouer un rôle plus important dans la protection des forêts tropicales par la REDD +. Dans le bassin du Congo et Afrique de l’Ouest, l’USAID et le Programme régional d’Afrique centrale pour l’environnement (CARPE) ont également réorienté leurs activités pour mettre un accent sur la REDD +.

Le changement climatique est donc en train de redessiner l´agenda de la coopération. Pour les forêts, ceci oriente la politique vers des efforts de conservation et de gestion qui permettront de réduire les émissions des gaz à effet de serre. Malgré ces efforts, les changements/variations climatiques affectent déjà le présent et en conséquent les stratégies d’adaptation doivent être développées pour les ressources naturelles et les communautés. Le lien entre forêt et adaptation au changement climatique est toujours manquant. L’impact du changement climatique sur les forêts tropicales et le rôle potentiel des forêts pour l’adaptation n’ont pas encore été suffisamment explorés et les efforts sont encore à leurs débuts.

Au cours d’un récent dialogue science-politique, les parties prenantes en Afrique Centrale ont mis en évidence le lien entre les forêts et l’eau, la sécurité alimentaire, l’énergie et la santé dans le contexte du changement climatique. Bien que forêts et adaptation aient été  jusque-là un enjeu principal dans les pays tempérés, ceci (« forêts et adaptation ») devient de plus en plus une préoccupation pour les zones tropicales. Sous les tropiques la dépendance aux forêts est élevée et il sera difficile de mettre au point un bon plan d’adaptation si les ressources forestières sont ignorées.

Il serait illusoire de penser que nous allons utiliser les forêts pour l’atténuation sans tenir compte de la gestion des effets négatifs du changement climatique sur les peuplements forestiers et sur les communautés. Comme nous entrons dans l’ère de Rio +20, l’impact du changement climatique sur les forêts et le potentiel des forêts pour l’adaptation doivent recevoir plus d´attention. Les forêts doivent être au centre de la planification de l’adaptation. Ceci est en droite ligne avec l’Adaptation Basée sur les Ecosystèmes (EBA), qui est de plus en plus reconnue comme moyen pour compléter les investissements dans les infrastructures afin de faire face au changement climatique. Toutefois, pour que cela fonctionne, on devrait accorder la même attention au thème de « forêts et adaptation » qu’à la REDD +, la biodiversité des forêts, etc.

Il y a une nécessité de s’adapter, et si les forêts ne sont pas considérées, nous explorons peut-être une vie qui n’est pas en harmonie avec la nature.

Cet article a paru pour la première fois dans Berkeley Alumni newsletter. Lisez-le ici


 

(Visited 24 times, 1 visits today)