Extinction invisible des ressources génétiques forestières: les arbres peuvent-ils survivre?

Les arbres sont les êtres les plus anciens et les plus grands dans le monde, vivant durant des centaines, voire des milliers d'années. Mais le secret de leur longévité - leur diversité génétique - est menacé, disent les experts.
Partager
0

Les plus populaires

Para ilmuwan dapat membuat pepohonan dengan lebih banyak karakteristik yang diperlukan untuk memenuhi tuntutan masa depan seperti ketangguhan terhadap perubahan cuaca, kayu berkualitas tinggi atau buah yang lebih bergizi. Ollivier Girard/CIFOR

Les scientifiques peuvent créer des arbres avec plusieurs des caractéristiques nécessaires pour répondre aux besoins futurs telles que la résilience au changement climatique, un bois de haute qualité ou des fruits plus nutritifs. Ollivier Girard/CIFOR

YAOUNDE, Cameroun (29 Mai 2013)_ Les arbres sont les êtres les plus anciens et les plus grands dans le monde, vivant durant des centaines, voire des milliers d’années. Mais le secret de leur longévité – leur diversité génétique – est menacé, disent les experts.

« Les arbres sont génétiquement très diversifiés », a expliqué Laura Snook de Bioversity International dans son exposé lors de la conférence du CIFOR sur la gestion durable des forêts en Afrique centrale à Yaoundé. « Ils contiennent non seulement les traits pour survivre à l’épreuve du temps, mais aussi les graines pour la production de la prochaine génération d’arbres ».

« Mais leurs ressources génétiques font l’objet d’une extinction invisible », a-t-elle averti.

Selon les calculs de Mme Snook, le nombre total d’arbres enlevés dans le bassin du Congo chaque année par les secteurs formel et informel s’élève à 4 millions. Les récoltes intenses ont laissé quelques espèces très vulnérables, voire en voie de disparition, selon l’Union internationale pour la conservation de la Liste rouge des Espèces Menacées de la Nature.

Mais regarder le statut des espèces n’est qu’une partie de l’équation, a ajouté Mme Snook.

« Les espèces se constituent de populations vivant dans des zones différentes, avec des caractéristiques différentes », a-t-elle dit.

« Donc, même si une espèce n’est pas en danger, l’état des populations et leurs caractéristiques génétiques sont plus inquiétants. »

La diversité génétique fournit la réserve des caractéristiques permettant aux arbres et autres organismes de s’adapter au fil du temps à l’évolution des menaces et des conditions. Elle est également utilisée pour sélectionner des individus pour leurs caractéristiques désirées, telles que le bois de haute qualité ou un fruit plus sucré.

« La diversité permet la sélection et l’amélioration », a déclaré Mme Snook.

« Nous pouvons créer des arbres futures ayant davantage de caractéristiques que nous recherchons. Mais la plupart des arbres n’ont pas été sélectionnés, ce qui laisse beaucoup de potentiel inexploité ».

Les prévisions du changement climatique pour l’Afrique indiquent des augmentations importantes des sécheresses d’ici 2099 – une date qui est largement dans la durée de vie de beaucoup d’arbres et de leurs semences, même si la plupart des décideurs politiques et des chercheurs seront partis depuis longtemps d’ici là.

« Nous avons besoin de comprendre le niveau de tolérance des arbres – quelles espèces ont les traits pour survivre au changement climatique », a-t-elle dit.

« Nous devrions recueillir leurs semences et les échanger à travers des frontières afin qu’elles soient accessibles aux pays qui peuvent s’attendre à devenir de plus en plus sec à l’avenir. »

L’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture va bientôt sortir son premier rapport sur l’état des ressources génétiques forestières dans le monde. Le maintien des sources de semences ayant des caractéristiques différentes est l’une de ses 27 recommandations d’action.

« Les forêts sont une ressource renouvelable et elles vont continuer à produire des biens et services tant qu’elles sont renouvelées », a conclu Mme Snook.

« Cela veut dire de remplacer les arbres grâce à une bonne gestion maintenant, afin d’assurer que nous disposons des ressources génétiques pour pouvoir les remplacer demain. »

Pour plus d’informations sur les questions discutées dans cet article, veuillez contacter Manuel Guariguata.

(Visited 59 times, 1 visits today)