Les terres dégradées d’Amazonie suscitent de nouvelles tendances dans la chasse au gibier

Les habitudes de chasse sont en train de changer dans l'Amazonie péruvienne, selon un expert en connaissances traditionnelles sur les forêts du CIFOR.
Partager
0

Les plus populaires

 

Estamos siendo testigos de un cambio en el tipo de animal cazado, de las especies mayores a las menores, las que cada vez son más abundantes en los bosques de las concesiones que han sido abandonadas”, dijo el investigador de CIFOR Miguel Pinedo-Vasquez. Fotografía de: CIFOR/Marco Simola

Nous assistons à un passage de la chasse au grand gibier vers des espèces de petite taille, qui sont de plus en plus abondantes dans les forêts exploitées post-concession, selon le chercheur du CIFOR Miguel Pinedo-Vasquez. Crédit photo: CIFOR/Marco Simola

SAN JOSÉ, Costa Rica (19 août 2013) – Les habitudes de chasse sont en train de changer dans l’Amazonie péruvienne, selon un expert en connaissances traditionnelles sur les forêts du Centre de Recherche Forestière Internationale (CIFOR).

«La chasse se déplace de plus en plus des forêts vers des champs en jachère, en particulier vers les concessions forestières abandonnées», a déclaré le scientifique Miguel Pinedo-Vasquez lors de la réunion annuelle de l’Association for Tropical Biology and Conservation* (ATBC).

«Nous constatons également un passage de la chasse au grand gibier vers le petit gibier, qui est plus abondant dans les forêts exploitées post-concession», a-t-il dit.

«La végétation des jachères fournit de nombreuses ressources alimentaires et des aires de repos pour une reproduction rapide des espèces de petit gibier dans les zones forestières qui sont exempts de jaguars et autres prédateurs», a expliqué M. Pinedo-Vasquez, le coordinateur scientifique de l’Étude comparative globale du CIFOR sur la viande de brousse, qui explore comment les communautés durables des forêts tropicales récoltent, consomment et vendent de la viande de brousse dans les bassins des fleuves Amazone, Congo et Mékong.

Au Pérou, plus de 2 millions d’hectares* (4,9 millions d’acres) de concessions forestières sont revenus, ou sont en train de revenir au gouvernement.

Tandis que les décideurs politiques réfléchissent à une utilisation des forêts post-concessions, les populations locales les utilisent de plus en plus comme terrain de chasse, pour la collecte de résidus de bois et d’autres ressources, dit M. Pinedo-Vasquez.

Souvent considérées comme des «terres dégradées», les forêts exploitées post-concession ont rarement été étudiées en tant que terrain de chasse.

«Les grandes espèces de gibier ont en effet été bannies des forêts exploitées post-concession, mais ces zones forestières sont devenues les principaux terrains de chasse pour les rongeurs et autres petits gibiers», a déclaré M. Pinedo-Vasquez.

Son équipe de recherche a mené deux enquêtes préliminaires sur la chasse dans 32 communautés réparties dans 8 forêts post-concession à Ucayali et Loreto au Pérou, afin d’identifier les chasseurs, d’enregistrer les systèmes de chasse et de cartographier les terrains de chasse.

Les enseignants et étudiants de l’Universidad Nacional de la Amazonia Peruana* (UNAP) ont été formés pour enregistrer les espèces, les quantités de récolte et les utilisations de la viande sauvage récoltée dans chaque communauté.

«La quantité de viande de brousse récoltée par la chasse au petit gibier est assez impressionnante», a déclaré M. Pinedo-Vasquez.

Les 380 familles ayant participé à l’étude ont récolté en moyenne 787 kg (1 735 livres) de viande de brousse par mois.

Elles consommaient 57% de cette viande, ce qui signifie que ces forêts jouaient un rôle d’approvisionnement important parmi les moyens de subsistance de ces populations rurales, a-t-il dit. Les 43% de viande restants ont été vendus.

Les chercheurs ont également constaté que les habitudes de chasse ont changé.

«Maintenant ce sont les femmes et les enfants qui chassent», a déclaré M. Pinedo-Vasquez.

FACTEUR FÉMININ

Contrairement aux hommes qui chassent les grandes espèces de gibier, principalement destinées à être vendues sur les marchés, les résultats préliminaires indiquent que les femmes et les enfants chassent des espèces de petit gibier dans les forêts exploitées, telles que les rongeurs, les oiseaux et les tortues, a dit M. Pinedo-Vasquez.

«La participation des femmes à la chasse a non seulement augmenté, mais les femmes sont aussi devenues des actrices principales de la promotion de méthodes de chasse durables dans les forêts post-concession», a déclaré M. Pinedo-Vasquez.

«Les femmes font des distinctions claires entre les jachères gérées et non gérées, en délimitant des espaces destinés à la gestion des populations d’animaux sauvages», a-t-il dit.

Les femmes protègent également les arbres fruitiers et la végétation sur les berges des petits et grands cours d’eau, qui sont essentiels aux animaux qu’elles chassent, a-t-il ajouté. Elles sont aussi en train d’établir davantage de règles, afin de maintenir un approvisionnement durable en viande de brousse dans les jachères délaissées par les concessionnaires forestiers.

«Elles préservent pour la chasse et chassent pour préserver», a déclaré M. Pinedo-Vasquez.

Mais au lieu d’examiner la chasse uniquement du point de vue de la conservation de la faune sauvage, M. Pinedo-Vasquez ajoute la perspective nutritionnelle* – en examinant de quelle façon les espèces de petit gibier constituent la principale source de protéines pour les familles rurales.

En Ucayali, 24% des personnes interrogées dans les communautés rurales ont déclaré qu’elles mangeaient la viande de petit gibier, contrairement à seulement 8% dans les zones urbaines, comme cela a été rapporté par la Municipalité Provinciale d’Ucayali dans la ville de Contamana.

«Ceci renforce l’importance de la viande de petits gibiers dans de nombreux régimes alimentaires locaux», a-t-il conclu.

Pour plus d’informations sur les sujets abordés dans ce blog, veuillez contacter Miguel Pinedo-Vasquez sur m.pinedo-vasquez@cgiar.org

Cette recherche s’inscrit dans le cadre du Programme de recherche du CGIAR sur les forêts, les arbres et l’agroforesterie.

*Liens non traduits en français 

(Visited 65 times, 1 visits today)