Utilisation du feu par l’homme: principal facteur de dégradation des forêts du Congo, selon un film

Les feux utilisés pour l'agriculture itinérante sur brûlis et pour la cuisine sont les principaux facteurs qui conduisent à la dégradation des forêts tropicales en République démocratique du Congo (RDC), selon un court métrage documentaire.
Partager
0

Les plus populaires

Le défi au Congo est d’assurer une production durable et suffisante de bois de feu afin d’éviter une dégradation sévère, qui réduit la qualité et le fonctionnement d’un écosystème forestier, selon un court-métrage documentaire. Photo: CIFOR/Ollivier Girard

BOGOR, Indonésie (29 juillet 2013) – Les feux utilisés pour l’agriculture itinérante sur brûlis et pour la cuisine sont les principaux facteurs qui conduisent à la dégradation des forêts tropicales en République démocratique du Congo (RDC), selon un court métrage documentaire.

Plus de 60% des forêts du bassin du fleuve Congo – la deuxième plus grande étendue de forêt tropicale du monde après l’Amazonie – poussent au sein des frontières de la RDC, où de nouvelles recherches sont en cours pour améliorer la gestion forestière.

Le défi est d’assurer une production durable et suffisante de bois de feu afin d’éviter une dégradation sévère, qui réduit la qualité et le fonctionnement d’un écosystème forestier, rapporte le film 30 minutes.

Le film, intitulé Congo, Quo Vadis: the Researcher and the Farmer, a été coproduit par le Centre de Recherche Forestière Internationale (CIFOR), le projet Recherche Forestière Congo (REFORCO) et l’Université de Kisanganià Kisangani, en RDC.

Pour plus d’informations sur les sujets abordés dans cet article, veuillez contacter Richard Eba’a Atyi sur r.atyi@cgiar.org

Ce travail s’inscrit dans le cadre du Programme de recherche du CGIAR sur les forêts, les arbres et l’agroforesterie et est soutenu par l’Union européenne.

(Visited 99 times, 1 visits today)