HÉROÏNE DE LA FORÊT: Phakee Wannasak protège la gouvernance forestière communautaire

Phakee Wannasak est la dirigeante d'un groupe de femmes créé en 1977 par le Département thaïlandais du Développement Communautaire au village de Ban Thung Yao dans la province de Lamphun.
Partager
0

Les plus populaires

DSC02662 copy

En tant que dirigeante d’un groupe de femmes au village Ban Thung Yao en Thaïlande, Phakee Wannasak s’emploie à garantir que la foresterie communautaire soit bien conservée et que les règles coutumières soient appliquées et transmises aux générations suivantes. Photo: Bhawana Upadhyay

Note de la rédaction : La Journée Internationale de la Femme est célébrée le samedi 8 mars. En honneur des nombreuses contributions des femmes à la foresterie, Nouvelles des Forêts publie des histoires de lecteurs sur leurs «héroïnes de la forêt» – des femmes ayant consacré leur vie à faire la différence pour les forêts du monde et les personnes qui y vivent. Durant toute la semaine, nous allons partager ces histoires de femmes. Dans celle-ci, notre blogueur invité Bhawana Upadhyay raconte son héroïne de la forêt, Phakee Wannasak.

Phakee Wannasak est la dirigeante d’un groupe de femmes créé en 1977 par le Département du Développement Communautaire thaïlandais dans le village de Ban Thung Yao dans la province de Lamphun.

Environ 10 ans après sa création, le groupe de femmes a été contacté par le Comité des ONG Thaïlandaises sur la Réforme Agraire et le Développement Rural, qui a encouragé le groupe à renforcer la sensibilisation vis-à-vis des possibilités d’auto-développement.

Ceci a mené Phakee et d’autres membres du groupe à assumer de nouveaux rôles et responsabilités en participant à des réunions et des processus décisionnels.

Désormais, le groupe comprend plus de 90% des femmes qui vivent dans la communauté. Sous la direction de Phakee, elles ont suffisamment confiance pour influencer les décisions, élaborer des règles et gouverner le comité forestier.

En 1989, le Département des Parcs Nationaux, de la Faune et de la Conservation des Plantes a approché la Forêt Communautaire de Ban Thung Yao et a proposé un budget annuel de 2 455 $ pour conserver la forêt. Mais cela impliquait que les règles de conservation et de gestion des forêts communautaires soient remplacées par les règlements du Département des Parcs Nationaux, de la Faune et de la Conservation des Plantes.

Phakee a consulté les membres du comité de femmes pour savoir si les craintes liées aux menaces pesant sur les zones forestières protégées et sur la perte potentielle des droits à collecter et gérer les produits forestiers pourraient avoir un impact négatif sur les moyens de subsistance. Suite aux protestations, l’initiative a été mise en attente.

Plusieurs années plus tard, Phakee a coordonné une recherche participative dans le village sur les aliments issus de la forêt, menée par les femmes avec l’aide d’un chercheur local. Elles ont cherché à enregistrer la quantité de produits forestiers recueillie tout au long de l’année et à déterminer sa valeur monétaire globale.

La recherche a déterminé que, pendant un an, la Forêt Communautaire de Thung Yao produisait 28 variétés de légumes sauvages, 13 variétés de fruits sauvages, 25 sortes de champignons et 20 plantes aromatiques différentes – équivalant une valeur de 30 630 $. Les résultats ont convaincu la communauté de la valeur économique et de la durabilité environnementale de la gestion communautaire de la forêt.

Actuellement, Phakee cherche à s’assurer que la foresterie communautaire est bien conservée, et que les règles coutumières sont appliquées et transmises aux générations suivantes.

Phakee saisit toutes les occasions pour établir des liens avec les jeunes, en leur racontant des histoires sur la forêt et ses coutumes. Son espoir est qu’ils portent avec eux le passé vers un avenir meilleur, toute comme elle l’a fait, afin de perpétuer les croyances coutumières et les esprits de la Forêt Communautaire de Thung Yao.

Bhawana Upadhyay est chargée du programme genre et égalité au Centre pour les Personnes et les Forêts (RECOFTC) à Bangkok en Thaïlande.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de l’auteur et non celles du Centre de Recherche Forestière Internationale.

(Visited 21 times, 1 visits today)