Vidéo

Les mangroves peuvent-elles résister à des marées toujours plus hautes?

Voyez une vidéo du travail de terrain dans la Baie de Bintuni en Papouasie occidentale.
Partager
0

Les plus populaires

Indonesia -
BOGOR, Indonésie – Là où les forêts tropicales rejoignent la mer, on trouve souvent des mangroves, qui abritent un écosystème unique et stockent de grandes quantités de carbone.

Comme si cela ne suffisait pas, un projet conduit par le Centre de Recherche Forestière Internationale (CIFOR) cherche à montrer comment elles protègent aussi nos côtes contre la hausse du niveau des mers.

Alors que le changement climatique provoque une hausse globale du niveau de la mer, la capacité d’adaptation des mangroves pourrait se révéler très bénéfique. Mais bien qu’elles jouent un rôle écologique clé dans l’adaptation au changement climatique, on perd l’équivalent de plus de 45 000 terrains de football par an.

CIFOR à la CCNUCC COP20

«En Indonésie, nous en avons actuellement 2,6 millions d’hectares», indique Daniel Murdiyarso, chercheur principal au Centre de Recherche Forestière Internationale (CIFOR) et l’un des directeurs du projet. «Dans les années 80, il y a avait environ 4,5 millions d’hectares. Donc ces 30 dernières années, nous avons perdu plus de 40% des zones couvertes par les mangroves – ce qui signifie que la déforestation, ou le taux de perte, est de plus de 50 000 hectares par an», dit-il.

Pour aider à sauvegarder ce que l’ONU a appelé «l’un des écosystèmes les plus menacés de la planète», le CIFOR a mis en place un projet pour collecter de précieuses données sur ces zones en Asie du Sud-Est.

Les scientifiques utilisent une méthode baptisée «Rod surface elevation table marker horizon set method» ou RSET, pour contrôler les taux d’accrétion du sol dans les forêts de mangrove. L’équipe installe une série de tiges dans les sols boueux des mangroves, qui serviront de marqueurs sur lesquels on pourra mesurer chaque évolution du niveau de la surface. Cela peut sembler facile, mais c’est un travail éreintant, et salissant qu’il faut accomplir dans les forêts les plus éloignées et inaccessibles du monde. Dans la vidéo ci-dessus, notre équipe lutte dans la boue et au gré des marées pour mener à bien leur travail de terrain dans la Baie de Bintuni, dans la province de Papouasie occidentale en Indonésie.

Pour plus d’information sur la recherche du CIFOR dans les zones côtières humides, rendez-vous sur cifor.org/swamp.

Le projet SWAMP du CIFOR est en partie soutenu par USAID et le US Forest Service. Il fait partie du Programme de recherche du CGIAR sur les forêts, les arbres et l’agroforesterie.

(Visited 100 times, 1 visits today)
Thèmes :   Milieux humides indonésiens