Nouvelles

Carbone 101 : des scientifiques créatifs expliquent un sujet complexe

Le carbone sera un sujet majeur des discussions de l'ONU sur le climat à Lima.
Partager
0

Les plus populaires

Poster top foto

Extrait de l’affiche réalisée pour expliquer le carbone et le changement climatique. Pour voir le poster en entier, cliquez ici.

Indonesia - BOGOR, Indonésie – Ce doit être un sujet majeur des discussions de l’ONU sur le climat à Lima : comment faire en sorte que les projets d’atténuation du changement climatique dans les forêts tropicales protègent les droits et les priorités des communautés locales ?

Il faut pour cela faire participer activement les populations locales aux efforts de contrôle des stocks de carbone retenus dans leurs forêts.

Mais il y a un petit problème : pour un habitant des forêts, il est difficile d’aider à mesurer le carbone sans comprendre ce que c’est réellement, et en quoi cela l’affecte.

C’était un problème récurrent pour les scientifiques qui essaient de mener de telles recherches dans les communautés des forêts tropicales d’Indonésie pour des projets REDD+ (Réduction des émissions liées au déboisement et à la dégradation des forêts), qui visent notamment à fournir des incitations financières pour prévenir les émissions de carbone en évitant la déforestation. 

« Quand nous allons sur le terrain pour présenter notre travail aux villageois et au personnel de l’administration locale, nous ne voulons par mentir et dire ‘Oh, c’est de la gestion forestière’», explique Manuel Boissière, scientifique du Centre de Recherche Forestière Internationale (CIFOR) et du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD). «Non, nous parlons de REDD+ et de carbone, donc nous devons être clairs. »

Boissière dirige le projet Suivi, notification et vérification participatifs (PMRV en anglais), qui enquête sur les conditions dans lesquelles les communautés forestières seraient prêtes participer à des initiatives d’atténuation climatique, en apportant des données et en prenant part aux prises de décisions liées à la gestion des terres. Le travail de terrain de ce projet a engendré une communication intense entre les scientifiques et les communautés locales. 

Les habitants locaux disent souvent « Ecoutez, avant de vous répondre oui ou non, nous voulons en savoir plus sur ce fameux carbone »

Manuel Boissiere

« Quand nous sommes allés en Papouasie [pour réaliser le travail de terrain], nous avons expliqué notre étude lors des réunions communautaires,» explique M.Boissière. «Pour qu’ils sachent ce que nous étions en train de faire. Ensuite, nous demandions l’autorisation des populations locales pour mener nos recherches, et c’était à eux de nous répondre oui ou non. »

Une phrase revenait souvent lors de ces rencontres, dit-il.

« Ils disaient souvent, ‘Ecoutez, avant de vous répondre par oui ou par non, nous voulons en savoir plus sur ce fameux carbone.’ »

Et cela s’est produit à nouveau lors de rencontres sur les autres projets du site, à Java et Kalimantan. Les villageois demandaient toujours: « C’est quoi le carbone ? »

QU’EST-CE QUE LE CARBONE ?

M.Boissière et son équipe ont dû trouver un moyen d’expliquer cela de manière simple.

C’est plus difficile que ça n’y paraît. Le cycle du carbone, son lien avec les forêts, et son impact sur le changement climatique est une question longue et complexe qui n’est pas aisée à expliquer aux différents acteurs (dont les communautés rurales), qui ont des niveaux d’éducation variables – et différentes manières de penser l’environnement.

Pour combler ce manque, M.Boissière et son équipe ont fait de courtes formations et distribué des livres pour essayer d’expliquer ces données scientifiques, mais ce n’était pas suffisant. L’équipe a eu l’idée de montrer un poster – une façon rapide et simple de communiquer beaucoup d’information à une pièce remplie de monde.

Avec l’aide d’experts en climat du CIFOR et d’un graphiste, l’équipe a donc décidé de concevoir sa propre affiche, basée sur la les connaissances scientifiques mais aussi simple à comprendre et visuellement attrayante.

Le résultat : une affiche qui interroge –et cherche des réponses: « Qu’est-ce que le carbone ? Pourquoi faut-il s’en préoccuper ? » Mais ce n’est qu’une première ébauche du poster, tempère M.Boissière. « Pour l’instant, c’est en anglais – nous la traduirons en indonésien et nous la testerons avec des ONG locales qui travaillent directement avec les communautés locales », dit-il. « La prochaine fois que les chercheurs iront sur le terrain, nous pourrons leur donner une copie de l’affiche et leur demander d’expliquer le carbone aux villageois pour voir leurs réactions, pour améliorer la version actuelle. »

Bien sûr, cette équipe cherche à avoir des retours et des suggestions sur cette affiche publiée sur le site du projet PMRV du CIFOR.

Les populations rurales ne sont pas les seules à pouvoir apprendre de cette affiche, dit-il -le gouvernement local, les étudiants, les scientifiques qui ne connaissent pas bien le carbone et le changement climatique peuvent aussi en tirer profit.

M.Boissière espère que l’affiche servira d’outils au CIFOR et à d’autres organisations, en particulier pour le volet social de la REDD+.

Pour plus d’information sur les questions discutées dans cet article, veuillez contacter Manuel Boissiere sur m.boissiere@cgiar.org.

Le projet PMRV du CIFOR est construit en collaboration avec le CIRAD, financé en partie par USAID et Norad et s’inscrit dans le cadre du Programme de recherche du CGIAR sur les forêts, les arbres et l’agroforesterie.

(Visited 212 times, 1 visits today)