Couverture d'évènement

Les “dragons” incitent les jeunes à prendre les rênes face aux problèmes forestiers et agricoles

Les jeunes ne veulent pas être considérés comme le « futur », ils veulent être écoutés dès maintenant.
Partager
0

Les plus populaires

Peserta sesi pemuda, Daniela Rivas pada Forum Bentang Alam Global di Lima, Peru. Selama sesi ini, 100 orang muda mendiskusikan isu kunci gagasan inovatif kehutanan untuk pemanfaatan integrasi lahan. Foto CIFOR

Daniela Rivas, participante à la session pour la jeunesse du Forum mondial sur les paysages à Lima, au Pérou. Pendant l’évènement, 100 jeunes de moins de 30 ans ont discuté des questions clés liées aux idées novatrices dans le domaine de la foresterie pour une utilisation intégrée des terres. CIFOR

LIMA, Pérou — Les jeunes du secteur forestier ne veulent pas représenter « l’avenir ». Ils veulent participer aux discussions importantes et être écoutés dès aujourd’hui. Tel était le message d’une session pour la jeunesse au Forum mondial sur les paysages à Lima, au Pérou.

« Je suis fatigué d’entendre que la jeune génération est l’avenir », a déclaré Florent Kaiser, ancien président de l’Association Internationale des Etudiants en Foresterie, dans son discours d’ouverture.

« Pourquoi? Parce que cela implique que le groupe est marginal. Nous sommes souvent impliqués aux processus décisionnels parce que la jeunesse est ‘colorée’, la jeunesse est ‘dynamique’. Mais en réalité, ce dont nous avons besoin c’est d’être sérieusement et honnêtement impliqués au cœur des processus. » 

Ne soyez pas à l'aise ! Si vous êtes à l'aise, vous devriez partir tout de suite...

Rachel Kyte

Lors de la session pour la jeunesse, 100 jeunes de moins de 30 ans – ainsi que 50 professionnels de haut niveau – ont été divisés en groupes pour discuter des questions clés en matière de foresterie et pour réfléchir à des idées novatrices sur l’utilisation intégrée des terres.

Chaque groupe s’est centré autour d’un des thèmes du Forum mondial sur les paysages: approches paysagères intégrées, changement climatique, économie verte et développement durable.

Un membre de chaque groupe a ensuite présenté les idées à des «tanières de dragons», des experts scientifiques et politiques, pour obtenir des critiques et des conseils.

Ces « dragons » étaient Rachel Kyte de la Banque mondiale, Peter Holmgren du CIFOR, Paola Agostini de TerrAfrica, Andy Jarvis du CCAFS et du CIAT, le négociateur brésilien de la CCNUCC Guilherme do Prado Lima, ainsi que l’agent de liaison de la jeunesse pour la COP20 du Ministère péruvien de l’Environnement Irene Hofmeijer Merkeli.

« C’est l’une des choses les plus intéressantes que je suis amenée à faire pour la COP », a dit Rachel Kyte, vice-président du Groupe de la Banque Mondiale, aux participants.

« Ne soyez pas à l’aise ! Si vous êtes à l’aise, vous devriez partir tout de suite, vous n’êtes pas au bon endroit. Nous sommes des dragons! », a-t-elle dit. 

Utilisez le pouvoir des jeunes pour agir différemment

Andy Jarvis

Wen-Yu Weng a lancé l’idée d’une application en ligne qui permettrait aux consommateurs de café de retracer l’origine des fèves et savoir si elles proviennent de chaînes d’approvisionnement durables, afin d’améliorer les moyens de subsistance des petits producteurs.

Claudio Castro a suggéré que les jeunes servent de médiateurs entre les secteurs de l’agriculture et de l’environnement. Mona Betour El Zoghbi a recommandé une campagne mondiale de sensibilisation sur la contribution de la jeunesse rurale au développement durable et sur les défis auxquels ils sont confrontés.

Beatriz Zavariz a proposé de développer des plateformes locales qui renforceraient les capacités et redistribueraient le pouvoir ainsi que les informations sur les enjeux relatifs aux paysages – tels qu’un projet d’exploitation minière – de manière plus équitable sur le terrain.

La réponse des dragons?

« Les jeunes ont beaucoup à offrir – nous devons utiliser le pouvoir des jeunes pour faire les choses autrement, utiliser tout ce qui est disponible en termes de créativité, sans avoir peur de le faire», affirme Andy Jarvis, chef du Programme phare de recherche du CGIAR sur le Changement Climatique, l’Agriculture et la Sécurité Alimentaire (CCAFS).

« Soyez audacieux et enthousiastes – ne pensez pas que le système est contre vous. Exprimez-vous et avancez ! », déclare-t-il.

Rachel Kyte a exhorté les jeunes présents dans la salle d’être plus radicaux.

« J’aimerais vous voir courir vers les bureaux, prendre les rênes du pouvoir, gérer les mairies et les bureaux municipaux », dit-elle.

« Dans de nombreuses situations, le gouvernement local est le maillon le plus faible. Demandez-vous quelle est la solution la plus radicale à ce problème particulier. »

« Nous n’avons pas le temps de tourner autour du pot. Il est temps de forcer ces conversations parce que sinon elles n’auront pas lieu – et je ne pense pas que nous avons le temps d’attendre.

(Visited 78 times, 1 visits today)