Analyse

Forêts et alimentation: ayez l’heure juste !

Une nutritionniste déboulonne quelques mythes sur les forêts, la sécurité alimentaire et la nutrition.
Partager
0
Parvenir à la sécurité alimentaire requiert  de trouver des solutions à trois types de malnutrition. Bronwen Powell/CIFOR
Parvenir à la sécurité alimentaire requiert de trouver des solutions à trois types de malnutrition. Bronwen Powell/CIFOR

Les plus populaires

Le domaine de la recherche en foresterie est compliqué. Tout comme l’est le domaine de la nutrition, d’ailleurs. Quand des personnes de ces deux domaines commencent à discuter ensemble, ce qui se produit de plus en plus de nos jours, une mauvaise utilisation de la terminologie ou des faits qui ne sont plus à jour peuvent parfois être un obstacle à une bonne communication.

Les trois dernières années ont vu une augmentation intense de l’attention accordée à la sécurité alimentaire et à la nutrition parmi les communautés de la foresterie et de la conservation. Cela inclut, par exemple, une conférence internationale organisée par la FAO et un examen par une commission dirigé par l’IUFRO.

Pendant ce temps, les priorités, l’état des connaissances et les questions centrales essentielles du monde de la sécurité alimentaire et de la nutrition ont également rapidement évolué. Quelques jalons clés ont marqué une prise de conscience grandissante envers l’importance des facteurs agricoles et environnementales pour la sécurité alimentaire et la nutrition.

En 2012, le document « L’état de l’insécurité alimentaire dans le monde » de la FAO incluait pour la première fois une partie se concentrant sur les multiples formes de malnutrition. Le rapport soulignait la prise de conscience grandissante comme quoi les approches traditionnelles ne suffisent pas, à elles seules, à lutter contre la faim et la malnutrition.

Et cette vision a été cimentée dans la série Maternal and Child Nutrition de l’édition 2013 de la revue Lancet. Cela poussa l’engagement croissant pour les approches agricoles axées et sensibles à la nutrition en la pensée dominante en matière de nutrition. 

En ce moment, la table est mise pour de la recherche interdisciplinaire excitante et une discussion productive portant sur les politiques incluant divers ministères et parties prenantes, comme le Groupe d’experts de haut niveau sur la Foresterie durable pour la sécurité alimentaire et la nutrition.

Cependant, pour avoir des discussions significatives, nous avons besoin de parler le même langage.

En tant qu’individu détenant un doctorat en alimentation humaine (Human Nutrition), travailler au CIFOR – le Centre de Recherche Forestière Internationale – m’a offert plusieurs opportunités pour discuter de sécurité alimentaire et de nutrition avec un large éventail de chercheurs, de décideurs et de praticiens de la conservation, de la foresterie et de la gestion des ressources naturelles.

Et, je me suis rendue compte que les idées fausses à propos de la sécurité alimentaire et de la nutrition sont beaucoup trop nombreuses. Cela dit, c’est compréhensible étant donné le changement rapide en matière de connaissances sur ces deux domaines.

Voici le top trois des écueils que j’ai rencontrés.

Supposition n° 1 : Les protéines sont la raison pour laquelle les humains ont besoin de nourriture d’origine animale

Vous trouverez des affirmations de ce genre au travers des articles sur la viande de brousse. Pourtant, alors que cette « obsession pour les protéines » a été abandonnée il y a des années dans la recherche sur la nutrition, elle persiste dans la recherche sur les forêts et la sécurité alimentaire.

Nous savons maintenant que les besoins humains en matière de protéines ne sont effectivement pas très élevés et qu’ils peuvent facilement être comblés par des protéines d’origine végétale. En fait, en dehors des situations de conflits et de famine, très peu de populations dans le monde ont un déficit de protéines. 

Un grand problème est que les différentes façons de mesurer la dénutrition peuvent porter à confusion

Bronwen Powell

Cela dit, des quantités modérées d’aliments d’origine animale peuvent améliorer l’alimentation, en particulier dans les populations où il y a des carences en micronutriments.

Ainsi, débuter un article en indiquant que les aliments d’origine animale sont essentiels pour prévenir les carences en protéines n’invalide pas l’importance de la viande de brousse pour la sécurité alimentaire et la nutrition – mais cela peut faire sourciller de nombreux nutritionnistes.

Supposition n° 2 : L’augmentation du revenu permettra d’améliorer les régimes alimentaires et la nutrition

Celui-ci semble logique. C’est particulièrement compréhensible étant donné l’accent qui est mis sur l’importance accordée aux forêts pour les moyens de subsistance et la valorisation des forêts, les produits forestiers non ligneux, le carbone et les autres services écosystémiques au cours des dernières décennies.

Nous avons passé beaucoup de temps à démontrer que les forêts sont importantes pour les moyens de subsistance des populations locales. Sauf que nous ne nous sommes pas arrêtés pour se questionner à savoir si l’augmentation du revenu va mener à un plus grand bien-être, incluant une meilleure santé et alimentation.

Il est vrai qu’au niveau des pays et que sur le long terme, les gens plus riches ont généralement une meilleure alimentation. Mais au niveau individuel et de la communauté, une transition s’éloignant de l’agriculture de subsistance ou de la chasse et de la cueillette vers une économie monétaire ne conduit pas nécessairement à de meilleurs régimes alimentaires. Surtout pour les communautés rurales et dépendantes des forêts vivant dans les pays en développement.

Si nous voulons communiquer efficacement, nous devons utiliser spécifiquement et correctement la terminologie

Bronwen Powell

La raison : les familles ne dépensent pas nécessairement les revenus supplémentaires pour acheter des aliments plus sains. Ou, il n’y a simplement pas assez d’argent pour remplacer les aliments sauvages ou d’élevage qui ne sont plus accessibles en raison de changements dans la façon dont les gens utilisent leur temps ou leur droits fonciers au lieu des ressources.

La transition alimentaire et de la nutrition est une tendance qui délaisse les régimes traditionnels pour une alimentation chargée d’aliments transformés, de graisses, de sel et de sucre raffiné – et les risques plus élevés d’obésité, de diabète et da maladie de coeur qui vient avec elle.

Afin de contribuer à l’effort mondial visant à améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition, les communautés issues des domaines de la foresterie et de la conservation doivent aspirer à ce qui suit: elles doivent non seulement viser à améliorer les moyens de subsistance pour les communautés rurales pauvres, mais elles doivent vouloir le faire d’une manière qui permet d’améliorer la qualité et la diversité des régimes alimentaires.

Supposition n° 3 : La malnutrition est principalement causée par un manque de calories (énergie)

Ceci est bien plus qu’une « sur-simplification ». On entend couramment, par exemple, des débats sur les compromis dans l’utilisation des terres pour la production alimentaire par rapport à la conservation.

Il y a quelques problèmes avec cette supposition. Nous reconnaissons maintenant trois principales formes de malnutrition dans le monde : la dénutrition (sous forme de famine ou d’un apport énergétique inadéquat), les carences en micronutriments et la suralimentation.

Moins de gens souffrent de la faim que de carences en micronutriments ou de suralimentation. La grande majorité des gens avec n’importe quelle forme de malnutrition vivent dans des pays à faible et moyen revenu. Et de nombreux pays, communautés et même individus sont souvent confrontés à plus d’une des formes de malnutrition en même temps (par exemple, dans certaines populations, les femmes qui ont un surplus de poids sont plus susceptibles d’être déficientes en fer).

Ignorer ces deux dernières formes de malnutrition dans les débats sur les relations entre les forêts et la sécurité alimentaire et la nutrition peut sembler dépassé ou même non pertinent.

Un grand problème est que les différentes façons de mesurer la dénutrition peuvent porter à confusion. Techniquement, la « dénutrition » est généralement définie comme l’apport (ou absorption et utilisation) de tout nutriment essentiel qui est insuffisant pour répondre aux besoins de l’individu (ce qui est souvent augmenté par des infections et des maladies). Étant donné que les besoins individuels pour un nutriment spécifique varient selon le stade de la vie, de la santé et de la génétique, ils restent presque impossibles à déterminer dans un cadre de terrain.

De ce fait, les mesures physiques qui sont des indicateurs de malnutrition ont longtemps été préféré par beaucoup. Le retard de croissance – le ratio grandeur/âge d’un enfant comparé à une population en santé – peut être rapidement évalué et est devenu l’une des mesures standards de la « malnutrition chronique ».

Nous croyions que les retards de croissance étaient causés par une consommation inadéquate et à long terme d’énergie (calorie) et de protéines. Mais la recherche démontre maintenant que dans la plupart des cas, les retards de croissance sont davantage reliés à des carences en micronutriments et à des infections à répétition.

PARLER LE MÊME LANGAGE

Si nous voulons communiquer efficacement avec la communauté de la sécurité alimentaire et de la nutrition, nous devons utiliser spécifiquement et correctement leur terminologie. Par exemple, nous perdons beaucoup d’ampleur avec de nombreux nutritionnistes quand nous affirmons que l’amélioration de la qualité du régime alimentaire va automatiquement équivaloir à l’amélioration de la «nutrition», sans aborder également les taux d’infections.

Le rôle des forêts et les systèmes agricoles basés sur les arbres fournissant des aliments importants d’un point de vue nutritif comme les fruits, les légumes et les aliments d’origine animale (y compris les poissons et les insectes) peuvent constituer de forts arguments. La preuve s’agrandit de plus en plus, mais il n’y a jamais eu une aussi forte nécessité pour nous tous d’utiliser les données et la terminologie comme il se doit !

J’encourage toute personne intéressée à ces relations à prendre le temps de lire quelques-unes des publications les plus récentes et d’apprendre la terminologie (ou au minimum, obtenir les commentaires de quelqu’un avec une expertise en sécurité alimentaire et en nutrition).

Voici quelques bons endroits pour commencer (en anglais) :

 

(Visited 114 times, 1 visits today)
Cette recherche fait partie du Programme sur les Forêts, les Arbres et l'Agroforesterie du CGIAR.
Thèmes :   Aliments forestiers